© 2018. Tous Droits Réservés.

Aménagement du Van

Le Frigo

La gestion du froid en voyage n'est pas un mince problème. Sur de courtes périodes il y a bien entendu la glacière avec des accumulateurs de froid mais dès qu'on veut générer du froid il faut un "frigo" et donc de l'énergie pour l'alimenter. Le premier choix porte à la fois sur l'énergie qu'on veut utiliser (gaz, 12v, 220v) et sur le type de technologie utilisé pour fabriquer le froid.

Le plus simple à utiliser c'est la glacière à effet Peltier. C'est les glacières électriques qui marchent sur le 12 volt (et souvent sur le 220v) qu'on trouve en magasin genre Norauto pour l'été à des prix très faibles (moins de 50€). Autant ça va pour garder le pique nique au frais entre le départ du matin de la maison et l'heure de midi, autant sur un van, c'est une autre histoire. En effet la production de froid est faiblarde (comptez au mieux la température extérieure à la glacière - 20°) ET la consommation électrique est très forte, ce qui pose un problème dès qu'on reste plusieurs heures sans rouler.

Seconde technologie, les frigos à absorption. Ce procédé n'est ni plus ni moins qu'une cocotte minute ou encore une machine à vapeur. On chauffe cette cocotte, elle produit de la vapeur et l'on utilise cette dernière pour faire du froid en se détendant. Pas de moteur, pas de pièces en mouvement donc pas de bruit, pas de vibrations et très peu de pannes. Il suffit de chauffer avec n'importe quoi 12, 24, 220V, Gaz, pétrole pour que cela marche. Les frifo à absorbtion qui marchent à la fois au 12v, au 220v et au gaz sont appelé Trimixte. Ces frigos consomment pas mal d'électricité (moins que le Peltier quand même !) et sont un peu poussif quand la température extérieur passe les 30° (ce qui peut arriver très vite dans un van au soleil). Ils ont besoin d'une bonne ventilation arrière.

Troisième technologie, les frigos à compression. C'est le frigo de la maison. Le Principe repose sur un compresseur électrique qui comprime un gaz réfrigérant (anciennement du Fréon, aujourd'hui du R 134A moins polluant) qui est ensuite refroidi et liquéfié dans un condenseur. A la sortie du condenseur sa pression est diminuée lors du passage dans un détendeur, le réfrigérant retrouve son état gazeux en produisant du froid. Le gaz refroidit circule ensuite dans l'évaporateur . À la sortie de l'évaporateur il retourne dans le compresseur. Ce type de frigo ne peut marcher qu'à l'électricité (12v ou 220v). Il produisent du froid rapidement, même quand il fait très chaud. Par contre les version 12 volts sont assez chères.

Mon choix : Après une longue réflexion je suis parti sur une solution assez originale. Mon objectif est d'avoir un frigo le plus autonome possible qui pourrait fonctionner avec un volume de courant équivalent à celui que peut fournir mon panneau solaire (sur une base de 24 heures...). Sachant que je me déplace autant vers le Cap Nord qu'en été en Grèce, le frigo doit pouvoir gérer la situation d'un bon 35° de température d'ambiance.

Je ne part pas avec un frigo mais avec un... congélateur. Mon choix c'est porté sur un Beko FSE 1072, un appareil à prix très modéré (un peu plus de 200€) avec la meilleur classe climatique (SN-T, soit une utilisation optimale entre 10 et 43°), une très faible consommation électrique et un faible bruit de fonctionnement. J'insiste sur l'importance de la classe climatique si vous comptez aller dans des régions où la température passe les 30°.

Pourquoi un congélateur ? Parceque l'isolation est bien meilleure que celle d'un frigo et que la production de froid est plus puissante. La modification est simpliste, il suffit de déconnecter le thermostat du congélateur et de la remplacer par un thermostat de frigo (une pièce peu onéreuse qu'on trouve facilement dans les cliniques d'électro ménager). En effet, le principe de base d'un frigo et d'un congélateur est identique, un thermostat indique une température intérieur limite. Quand la température monte au dessus de cette limite, le thermostat met le moteur en marche pour produire du froid (le thermostat est un bête interrupteur qui fonctionne à une température donnée).

Pour alimenter notre frigo, il faut du 220 volts, donc un convertisseur 12/220. Le frigo ne consomme pas beaucoup et le gros de la consommation se fait au démarrage donc pas besoin d'un convertisseur très puissant ni d'un convertisseur produisant un signal électrique de haute qualité (Pure Sinus) sauf si vous avez d'autres besoin, genre PC.

Circuit 12 volts : Pour diminuer de manière importante la consommation j'ai fait un montage qui permet de couper le convertisseur quand le frigo ne produit pas de froid (Un convertisseur consomme du courant même quand aucun n'appareil qu'il alimente n'en consomme !). Pour cela il suffit de démonter l'interrupteur du convertisseur. En clair le convertisseur est relié à la batterie 12v par deux gros cables. Pour l'allumer on est sensé utiliser l'interrupteur. J'ai doublé ce système par un second qui permet au frigo d'allumer lui même le convertisseur (Voir schéma) quand l'interrupteur est physiquement sur "off".

Circuit 200 volts : Pour respecter l'électronique du convertisseur il est mieux de placer un temporisateur sur le circuit 220 volts alimentant le frigo. En clair, la mise en route du convertisseur est actionné par le thermostat dans le frigo. Une fois que le convertisseur alimente en 220V le circuit du frigo, un temporisateur retarde de 3s le démarrage du compresseur ce qui permet au convertisseur de fournir la puissance demande par le compresseur sans violence.

Retour d'expériance : Aucun soucis de fonctionnement depuis la mise en place de ce système il y a 5 ans. La batterie étant moins vaillante qu'au début on a remarqué qu'en cas de stationement en ville en plein soleil par plus de 30°, elle ne permet plus une totale autonomie depuis l'an dernier. On coupe donc le frigo quand on doit rester stationnaire plus d'une journée en plein soleil (ce qui n'arrive que dans les capitales en ce qui nous concerne).